Communiqué du Conseil de l’Archevêché du 17 janvier 2019

Ces derniers jours, de nombreux prêtres et diacres de l’Archevêché ont reçu un courrier du Métropolite grec du pays où ils résident, leur intimant l’ordre de cesser de commémorer leur propre Archevêque, de rejoindre le clergé des Métropoles grecques, de considérer que, d’ores et déjà, nos paroisses et communautés font partie de ces Métropoles et leur ordonnant enfin de leur remettre tous les documents et registres paroissiaux utiles.

À ce sujet, le Conseil de l’Archevêché renvoie à son communiqué du 30 novembre dernier et apporte ici quelques précisions.

Cette intervention d’évêques extérieurs dans le corps même de notre Archevêché, même s’il s’agit d’évêques du même Patriarcat, est irrégulière au regard de l’ecclésiologie et du droit : en effet, Son Éminence l’Archevêque Jean est le seul évêque dirigeant légitime des paroisses orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale. Le 28 mars 2016, il a été élu de manière régulière par l’Assemblée générale extraordinaire de l’Archevêché, composée de tous les clercs et des laïcs délégués des paroisses qui composent notre corps ecclésial ; le 22 avril 2016, le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique a entériné cette élection. À partir de ce moment, l’Archevêque Jean a été installé dans ses fonctions de manière définitive. Depuis lors, il n’a ni démissionné ni demandé une quelconque mise à la retraite et demeure, par définition même du ministère épiscopal, l’organe de la catholicité du diocèse et le président de l’Union diocésaine qui est la personne morale de droit français assurant la communion de toutes les paroisses et communautés de l’Archevêché.

Comme tous ses prédécesseurs depuis le Vénérable Métropolite Euloge et dans tous les pays où ses paroisses sont établies, Son Éminence l’Archevêque Jean célèbre l’eucharistie de l’Église dans la catholicité, ainsi que tous les actes sacramentels ; il préside à la consécration des églises et des antimensia, il ordonne à tous les rangs du service ecclésial dans notre Archevêché. En qualité d’évêque en exercice du Patriarcat de Constantinople, il a participé encore récemment à la Synaxe des Hiérarques du Trône œcuménique et, en 2016, au Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe. Sa qualité d’unique évêque diocésain de notre Archevêché est irréfutable, canoniquement et juridiquement, comme le confirment les Statuts officiels de l’Archevêché.

Les Statuts de l’Archevêché sont connus du Patriarcat et ont été approuvés par le Saint-Synode de manière constante depuis 1931 ; dans leur version en vigueur à ce jour, ils disposent notamment :

Article 11

L’Archevêché et les associations adhérentes [les paroisses et monastères] sont placés sous l’autorité administrative et la direction spirituelle, pastorale et morale d’un évêque dirigeant avec le rang et titre d’Archevêque qui relève de l’obédience de Sa Sainteté le patriarche œcuménique de Constantinople. L’Archevêque est le Président de l’Archevêché.

Article 40

L’Archevêque exerce ses fonctions à vie. Il peut toutefois se retirer de la direction de l’Archevêché après avoir consulté le Comité épiscopal et le Conseil de l’Archevêché. Par contre, il ne peut être démis de ses fonctions qu’après jugement du tribunal ecclésiastique supérieur compétent, à savoir le Saint-Synode patriarcal.

Ces dispositions ne permettent aucune autre interprétation des choses : notre clergé diocésain doit continuer le mode de commémoration liturgique tel qu’il l’a toujours pratiqué et il demeure, tout comme les paroisses et les monastères, sous l’obédience immédiate de Son Éminence l’Archevêque Jean. Tous les dossiers diocésains sont à jour à l’Archevêché et ils ne sauraient, pour des raisons juridiques obligatoires, être transférés à une autorité extérieure sans motif fondé.

Le 27 novembre 2018, le Patriarcat œcuménique a décidé le retrait du Tome patriarcal et synodal du 19 juin 1999, qui conférait à l’Archevêché la qualité d’Exarchat patriarcal. Même si le Conseil de l’Archevêché regrette le caractère unilatéral et non concerté de cette décision, nous reconnaissons que le Patriarcat avait le droit de prendre cette décision. Nous ne pouvons néanmoins pas confondre le retrait de la qualité d’Exarchat patriarcal et la « dissolution de l’Archevêché », selon l’expression dépréciative utilisée par certaines sources sur Internet.

La décision du 27 novembre du Patriarcat de Constantinople comporte un volet unilatéral (le retrait du Tome de 1999) et un volet bilatéral voire tri-latéral (l’invitation d’intégrer les paroisses de l’Archevêché dans les Métropoles grecques dont on ignore si elles ont été consultées à ce sujet). Ce qui est multilatéral doit nécessairement faire l’objet d’une délibération par les sujets collectifs (paroisses) et individuels (clercs) concernés. Nul ne peut préjuger de l’acte ecclésiologiquement fondamental que constitue la réception d’une décision de provenance extérieure.

En effet, pour dissoudre l’Archevêché fondé en 1921 (c’est-à-dire avant même sa réception dans le Patriarcat de Constantinople), seule l’Assemblée générale est compétente. Elle a été convoquée valablement pour le 23 février prochain et comporte un seul point à son ordre du jour : la discussion sur cette décision du Patriarcat.

De même que le Patriarcat œcuménique se conforme, pour son fonctionnement local en Turquie, au régime législatif de la République turque, parfois très contraignant, de même a-t-il toujours encouragé notre Archevêché à s’organiser conformément aux législations des pays où ses paroisses sont établies et à les respecter pleinement. Loin d’être une entorse à la bonne organisation de l’Église, le respect des procédures statutaires constitue l’application canonique la plus sûre, directement inspirée par l’éthos orthodoxe.

Notre Archevêché se trouve aujourd’hui, de jure, dans la situation où il se trouvait avant son accueil dans le Patriarcat œcuménique. De facto, néanmoins, nous ne voudrions pas que cette longue et fructueuse période se close sans une rencontre humaine de visu entre les représentants de notre Archevêché et les autorités du Patriarcat.

En effet, nous ne pourrons jamais trouver les mots justes pour exprimer notre gratitude au Patriarcat œcuménique pour sa protection canonique pendant toutes ces années. La Sainte Église de Constantinople a veillé au respect des particularités de notre fonctionnement diocésain inspiré par les décisions et les débats du Concile de Moscou de 1917-1918, et nous lui en sommes profondément reconnaissants. Cela montre combien la vocation ecclésiale du Patriarcat œcuménique est véritablement supra-ethnique.

Si le Patriarcat œcuménique fermait la porte à toute possibilité de l’Archevêché de demeurer dans son sein, l’Assemblée générale aviserait en conséquence. Toutefois, ni les Métropolites grecs d’Europe occidentale, ni le Conseil de l’Archevêché, ni même l’Archevêque ne peuvent se substituer à l’Assemblée ecclésiale qui a été valablement convoquée pour le 23 février prochain.

D’ici là, le Conseil de l’Archevêché appelle toutes les parties en présence à respecter la paix de l’Église et les dispositions juridiques qui garantissent que, dans le Corps du Christ, « tout se fasse convenablement et avec ordre » (1 Co 14,40). « Car, comme l’enseigne toujours l’Apôtre Paul, Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais un Dieu de paix » (1 Co 14,33) ; le contraire du désordre n’est donc pas l’ordre, mais la paix.

Retour haut de page
SPIP