Pose de la coupole sur le toit de la future église Saint-Nicolas à Troyes

Une église pour la communauté de Troyes

La paroisse Saint Nicolas de Troyes a été fondée dans les années 20 du 20-ème siècle par des émigrés russes qui ont construit une église en bois sur un terrain concédé par la teinturerie Clément Marot, où ils étaient employés. Une bombe ayant détruit le bâtiment en août 1940, les protestants ont alors prêté un local à la communauté orthodoxe, qui sera ensuite et jusqu’à présent hébergée par les catholiques dans divers sites. Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, sensibilisé à notre situation précaire par deux de ses prêtres, a fini par trouver une solution pérenne. Le diocèse catholique de Troyes a mis à la disposition de notre communauté une grange champenoise. Un bail emphytéotique a été signé en 2015 par le diocèse de Troyes et notre communauté. Le coût des travaux de mise aux normes du bâtiment et de sa réhabilitation a été évalué par l’architecte à 250 000 € ...

L’obtention de diverses autorisations et de l’aval de l’architecte des monuments de France - la grange est "protégée" et les travaux extérieurs doivent être exécutés par des entreprises agréées - se sont étalées sur quatre années. Les tuiles, par exemple, doivent impérativement être de style aubois et il a été exigé que l’armature de la coupole soit en bois de châtaignier. L’aspect extérieur doit être préservé.

Les lenteurs administratives nous ont au moins donné le temps de rassembler environ 125 000 € (un miracle !) qui vont suffire à couvrir les frais des travaux extérieurs. Les charpentiers, couvreurs et maçons ont commencé à travailler le 2 septembre. Une équipe de paroissiens, dirigée par notre nouveau marguillier, a commencé à effectuer les travaux intérieurs. Nous espérons les terminer en mai ou en juin, si les moyens nous le permettent.

Nous n’avons demandé aucune aide, ni à l’Archevêché, ni aux autres paroisses, pas plus riches que la nôtre. Les dons proviennent des paroissiens eux-mêmes, de leurs amis orthodoxes ou catholiques, d’une paroisse orthodoxe de la Région parisienne qui a fait un don spontané, et de bienfaiteurs provenant de tous horizons. Plusieurs membres d’organisations émigrées russes ont également fait des dons. Nous leur en sommes très reconnaissants.

Les dons ont été recueillis par notre association cultuelle, par l’association "Saint Frobert" qui s’est constituée pour la réalisation du projet et a organisé des repas festifs "à but lucratif", et par la Fondation du patrimoine. L’ensemble troyen Shkatulka et le choeur dirigé par Alexandra Ruiz, une de nos paroissiennes, ont donné des concerts au profit de la future église.

Je souhaite ici remercier les paroissiens qui, effrayés au départ par l’ampleur des dépenses, ont néanmoins fait preuve d’une foi à déplacer les montagnes et sont en passe de réussir à les déplacer. L’architecte, les artisans et entrepreneurs dont la plupart n’avaient jamais entendu parler d’orthodoxie, inspirés par le projet, conscients de son importance, ont fait des efforts considérables pour réduire les coûts. Tous sont venus assister à la pose de la coupole - couronnement symbolique. La pose a eu lieu le 19 décembre, jour de la Saint Nicolas. N’est ce pas là le signe de l’intercession du saint patron de notre paroisse ?

p. André (Krementzoff), recteur de la paroisse Saint Nicolas

(JPEG)
(JPEG)
(JPEG)
(JPEG)
(JPEG)
Retour haut de page
SPIP